Le Web 2.0 suppose l'abandon du contrôle et de la propriété de l'information, la reconnaissance que l'information n'a pas de sens si elle n'est pas partagée et si l'on ne peut pas la retravailler pour la faire vivre dans un nouveau contexte. Aucun doute, les questions de propriété intellectuelle et de droits d'auteur sont au cœur du Web 2.0. Les licences creatives commons c'est du Web 2.0.

Données ouvertes et abandon du contrôle

Le concept du remix présenté dans le billet précédent est rendu possible par un certain nombre de technologies mais aussi par le choix de donner un libre accès à l'information brute. Le plus bel exemple reste Google maps dont les cartes sont réutilisées et combinées avec de nombreuses autres informations sur différents sites. Les mappys et autres viamichelin auraient pu faire de même avant google mais ils sont restés sur des schémas de contrôle de l'information.

Donner accès à l'information le plus librement possible sans présager de l'utilisation qui en sera faite, c'est l'une des caractéristiques du Web 2.0. Prenons un exemple: L'AFP c'est du web 1.0. Si vous voulez utiliser leurs données ça va être long, compliqué et ça va vous coûter cher. Il faudra signer un contrat dans lequel l'AFP définira très précisément ce que vous pouvez faire ou pas avec l'information fournie. A l'opposé Yahoo fournit désormais des fils RSS (un format ouvert utilisant xml), la réutilisation des données devient simple, rapide et gratuite pour un usage non commercial.

En abandonnant le contrôle des données aux utilisateurs les fournisseurs d'APIs créent de la valeur. Lorsque Ebay laisse Andale utiliser leur API pour identifier les produits se vendant le mieux ça crée de la valeur pour ebay pour andale et pour les utilisateurs. Cet "abandon du contrôle", cette ouverture des données permettent la co-création de valeur, concept auquel Alban Martin a dédié son blog.

Culture de la participation

Co-créer de la valeur, c'est inclure le public dans le processus créatif, le faire participer. En libérant l'information, le Web 2.0 encourage les internautes à participer: la blogosphère double tous les 6 mois, il s'ouvre un blog par seconde, Wikipedia ne cesse de croître. Mais on trouve aussi les critiques des internautes sur amazon ou encore le fabuleux del.icio.us

Folkosonies

C'est Del.icio.us qui a lancé la mode des tags. Avant, le classement était un art réservé à des spécialistes. Définir une taxonomie un travail rigoureux, de longue haleine et malheureusement toujours imparfait. Les tags ont balayé tout cela. Laissons les gens (folks) définir eux même leur classement. Le résultat reste bien sûr imparfait mais est très efficace et accessible à tous.

Logiciels sociaux:

Del.icio.us a amené une autre innovation caractéristique du Web2.0: c'est un "logiciel social". Il se sert des relations entre les gens utilisant le service pour en extraire de l'information. Si plusieurs personnes bookmarkent la même page c'est qu'elle doit être intéressante. Si plusieurs personnes mettent le même tag sur le même bookmark c'est qu'il doit être pertinent pour ce mot clé. Si une personne met les mêmes tags que moi elle doit avoir des bookmarks qui vont m'intéresser…

Conclusion

Alors ce Web 2.0, ça reste du Web 1.0 réchauffé ou c'est vraiment nouveau? Après tout, ces concepts d'ouverture, de participation et de partage sont les valeurs des débuts de l'Internet. Mais à l'époque, seul un très petit nombre pouvait participer. Lors du développement du web, il y a 10 ans, beaucoup ont regretté que ces valeurs se soit diluées, le web est vite devenu commercial, et la très grande majorité des internautes, des consommateurs passifs plutôt que des contributeurs actifs. Pourquoi? A l'époque, les outils n'étaient sans doute pas encore assez matures et faciles d'utilisation et les utilisateurs encore trop peu accoutumés à se servir d'un ordinateur. Dix ans plus tard, la technologie a fait des progrès et nous permet de mettre en place de nouvelles formes d'organisations. La génération qui arrive a grandi devant un ordinateur et est parfaitement à l'aise avec ces outils. Ce sont autant d'éléments qui permettent à l'Internet de franchir une nouvelle étape. Le mode d'organisation collaboratif/participatif va pouvoir fonctionner à une échelle encore plus grande. Ils étaient des milliers à faire le Web 1.0 nous sommes désormais des millions ça mérite bien un changement de nom.
Nous somme le Web 2.0: c'est notre Internet.