L'accord

Commençons par l'accord entre le gouvernenement, les ayants droits et les FAI qui en découle

rendre disponible, dans un délai maximal d’un an à compter du fonctionnement effectif du mécanisme d’avertissement et de sanction, les catalogues de productions musicales françaises pour l’achat au titre en ligne sans mesures techniques de protection, tant que celles-ci ne permettent pas l’interopérabilité et dans le respect des droits et exclusivités reconnus."

Et bien tout arrive...

"à ouvrir des discussions devant conduire, dans un délai maximal d’un an à compter du fonctionnement effectif du mécanisme d’avertissement et de sanction, à réaménager, sous l’autorité du ministère de la Culture et de la Communication, la chronologie des médias avec notamment pour objectif de permettre une disponibilité plus rapide en ligne des œuvres cinématographiques"

Oui vraiment tout

Ca s'était les points positifs, abandon des DRMs, révision de la chronologie des médias, ce que je demande depuis l'ouverture de ce blog il y a des années... Mais tout n'est pas rose:

"généraliser à court terme les techniques efficaces de reconnaissance de contenus et de filtrage"

Voilà bien 10 ans qu'on explique que les DRM, la chronologie des média s'est de la connerie, les faits nous ont donné raison.
Pour le filtrage d'Internet, c'est pareil: c'est de la connerie, énorme connerie, pourrait nous écouter un peu pour une fois? Pas la peine de tester, ça marchera pas, et si par malheur ça marchait ce serait une catastrophe économique et sociologique (respect de la vie privée...)

Le discours

Que faut-il retenir du discours de Nicolas Sarkozy concernant cet accord?

A propos d'Internet:

"jamais nous n’avons été aussi proches d’un véritable « trou noir », capable d’engloutir et d’assécher cette richesse et ce foisonnement créatif."

Trou noir? j'ai pas cette impression quand je me promène chaque jour sur le net.

"Le clonage et la dissémination de fichiers à l’infini ont entraîné depuis cinq ans, j’emploie un mot fort, la ruine progressive de l’économie musicale"

Pourtant les pdg de warner et d'universal, deux des plus grosses major, viennent de reconnaître leur incompétences sur ce dossier et les erreurs qu'ils ont commis.

"C’est à une véritable destruction de la culture que nous risquons d’assister."

"Aujourd’hui, un accord est signé, et je veux saluer ce moment décisif pour l’avènement d’un internet civilisé. Internet, c’est une « nouvelle frontière », c’est un territoire à conquérir. ... sous prétexte que c’est du numérique, chacun pourrait, parce que c'est du numérique, pratiquer librement le vol à l’étalage."

Mais quel gros lourd, il ne comprend vraiment rien à l'Internet, à l'immatériel et aux principes économiques de base (bien rivaux et non rivaux...). Dire que ce type a été ministre de l'économie!

"On dit parfois que quand personne ne respecte la loi, c’est qu’il faut changer la loi. Sauf que si tout le monde tue son prochain, on ne va pas pour autant légaliser l’assassinat."

Rhétorique douteuse, basé sur une comparaison totalement disproportionnée.

"Cela m'a fait bien plaisir d'être ici. Je vous propose que l'on se retrouve dans six mois, au même endroit, pour tirer le bilan de six mois d'application de ces nouvelles normes. En prenant un engagement devant vous : si cela marche, on continue comme cela, si cela ne marche pas suffisamment bien, on prendra les mesures pour obtenir des résultats."

Allez Nico je te propose de gagner 6 mois: ça marchera pas, laisse tomber ton filtrage à la noix...

Pour en savoir plus

Et histoire d'élever un peu le débat je vous propose quatre ressources.

La réaction du député Chriatian Paul héros de la résistance anti-dadvsi.

Une version légérement modifié du discours de Nicolas Sarkozy Narquois Zykosar président de la Rance, le fond est le même sans langue de bois.

30 minutes de l'émission ce soir ou jamais qui fait bien le point sur l'avancement du débat en France.

Et pour finir la vidéo d'un discours de Lawrence Lessig à la conférence TED: How creativity is being strangled by the law, ce qui ce fait de mieux sur le thème. Malheureusement, avec sa culture, notre président n'a probablement jamais entendu parlé de Lessig...