Extorsion de bien public

En simplifiant énormément le droit d’auteur est établi pour 95 ans aux USA, 50 ans en Europe. Ce qui veut dire l’industrie du disque en Europe va devoir affronter une crise bien plus grande que le prétendu problème du “piratage”. Depuis 2004 chaque année des titres d’Elvis Presley tombent[1] dans le domaine public. Dans les 10-15 ans qui viennent les Beatles, les Rolling Stones ou encore Pink Floyd vont les rejoindre.

Que faire pour empêcher la disparition de ces vaches à lait ? (Elvis Presley 30#1 Hits, Beattles: the best of, Rolling Stones the return of the best Of, Pink Flyod: The return of the vengeance of the ultimate hit number IV…)

Prolonger la durée du droit d’auteur en Europe pour l’aligner sur le droit d’auteur US… C’est bon pour le business… Encore une affaire qui va nous permettre de juger si l’Europe politique existe et si on en a besoin ou pas…

Plus de détail dans Extension de copyright… ou extorsion de bien public ? par Philippe Astor ou dans cet article de Wired en anglais: Keeping Up With Uncle Sam

Notes

[1] On devrait plutôt dite “montent” c’est plus positif 😉

3 thoughts on “Extorsion de bien public”

  1. Attention : c’est 50 ans après *la mort* de l’artiste que ses oeuvres tombent dans le domaine public.

    Pour Elvis, c’est bon (quoique …) ; pour les autres il va falloir encore attendre un moment.

  2. Pour être exact c’est 70 ans après la mort de l’ayant droit d’un droit d’auteur (auteur, compositeur, éditeur) et 50 ans après l’enregistrement pour les droits voisins, comme les droits d’interprétation.

    Les enregistrements de jazz des années 50 sont concernés. Surtout ceux qui reprennent des traditionnels, ou de vieux standards…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.