WEB 2.0 1ere partie

Comment? On ne vous a rien dit? Le Web est passé en version 2 pendant l’été et vous n’avez rien vu! Etrange… La dernière fois que j’ai changé de version de windows ça m’a pris une semaine, j’ai dû rajouter de la mémoire à mon ordi et j’ai perdu la moitié de mes données… Bon alors, c’est quoi ce Web 2.0 invisible?

Comment? On ne vous a rien dit? Le Web est passé en version 2 pendant l’été et vous n’avez rien vu! Etrange… La dernière fois que j’ai changé de version de windows ça m’a pris une semaine, j’ai dû rajouter de la mémoire à mon ordi et j’ai perdu la moitié de mes données… Bon alors, c’est quoi ce Web 2.0 invisible?

Pas facile de cerner le Web 2.0. Ce n’est pas une technologie précise mais plutôt un ensemble de tendances et de nouveautés qui convergent dans la même direction.

Ajax : la partie visible de l’iceberg

Eh oui, encore un acronyme dont sont friands les geeks:
Pas Ajax le détergent mais Ajax pour Asyncronous javascript xml… Vous voilà bien avancé. Pour aller à l’essentiel:
Avant Ajax: un clic et une nouvelle page se charge/recharge en entier.
Après Ajax: on ne recharge plus la page en entier mais seulement les morceaux qui doivent être mis à jour. Ca permet de réaliser des applications web plus réactives et interactives. Cette technique bien que connue depuis longtemps n’a gagné ses lettres de noblesses que récemment grâce à gmail puis google maps. L’ergonomie des applications web se rapproche de celle des applications dites “lourdes” (celle que l’on télécharge et que l’on installe sur son poste). Fred Cazetta vous expliquera plus en détail ce dont il retourne…

API publique

Difficile de comprendre le concept du Web 2.0 sans comprendre la notion d’API: Application Programming Interface… Programmation d’application OK, mais Interface ça veut dire quoi au juste? Une interface est la définition des règles permettant d’interagir avec un système. C’est une sorte de contrat qui définit ce qui est attendu en entrée (le code ISBN d’un livre) et ce que l’on obtiendra en sortie (des informations sur le livre qui correspondent au code ISBN). Une API permet donc de réutiliser des bouts de programmes pour construire de nouvelles applications. En général une API est fournie pour construire des applications destinées à un système d’exploitation, mais on trouve de plus en plus d’APIs destinées à être utilisées directement par des sites web. Dans ce domaine aussi, Google est moteur avec ses nombreuses APIs, mais il n’est pas seul: tous les grands du web ont fait de même: Amazon, Ebay… Ces APIs sont les briques, les legos à la base du web 2.0, la plupart sont exploitables librement pour une utilisation non commerciale.

Le Web en tant que plateforme

A l’avenir, les nouvelles applications seront de moins en moins développées pour tourner sur Windows, Mac ou Linux… Elles tourneront sur le Web. C’est le web en tant que plateforme, l’Internet Operating System, ou le fameux “The network is the computer” de Sun. L’avantage? Plus de téléchargement d’application, d’installation, et -croisons les doigts- plus de plantage. Une application web 2.0 n’est pas installée sur votre ordi mais sur un serveur. Et devinez qui s’assure que ce serveur fonctionne correctement? Le copain qui s’y connaît et que vous appelez quand votre ordinateur est planté… Il y a donc moins de risques que “ça ne marche pas”, que “ça plante”… Mais surtout une application web 2.0 est accessible de partout à partir de n’importe quel navigateur respectant les standards. Le concept n’est pas nouveau mais il est en train de prendre forme pour de bon. par exemple: je n’utilise plus de clients de messagerie, Gmail les a remplacé avantageusement.

Les standards du web

Ca n’en a pas l’air mais une application web 2.0 comme netvibes capable d’agréger des informations en provenance de gmail, de wheather.com, yahoo et d’autres, c’est un véritable petit miracle, un tour de force réalisable grâce aux standards du web. C’est le fils d’Arianne du Web 2.0: le respect des standards en général et ceux du web en particulier : XHTML, CSS 2, RSS… Une application web 2.0 respecte les standards et c’est important. Cela permet aux différents services d’interagir les uns avec les autres. C’est aussi une garantie pour l’avenir: la garantie que l’innovation ne sera pas entravée par les intérêts d’un monopole, la garantie que les données produites avec ces applications seront toujours accessibles dans 10, 20 ou 30 ans…
Mozilla a gagné: la prochaine version d’IE respectera ces standards. On peut même rêver, peut-être que pour la première fois un produit Microsoft ne contiendra aucune fonction ou format propriétaire?? Pour en savoir plus, rendez-vous chez le pape des standards du web

Remix

Des standards ouverts, de nombreuses Api publiques disponibles il ne reste plus qu’à combiner tout cela pour produire de nouvelles applications. C’est ce qu’a fait housingMaps, il y a quelques mois en combinant google maps et le service Craigslist. S’il fallait trouver une date de naissance pour le Web 2.0, ce serait sans doute le jour où ce service a ouvert. Créer une application web 2.0, c’est un peu comme faire le DJ: on remixe des services existants pour faire du neuf.

Voilà pour le côté technique du Web 2.0, mais ça ne s’arrête pas là. Le Web 2.0 c’est aussi une “philosophie”: données ouvertes, abandon du contrôle, culture de la participation et logiciels sociaux… On en reparle dans un 2eme billet…

Pour patienter voici un lien délicieux contenant les articles parlant du Web 2.0 qui m’ont semblés les plus pertinents.

Vous y trouverez par exemple ce schéma de Tim O’Reilly:

4 thoughts on “WEB 2.0 1ere partie”

  1. Le Web 1 est mort (?), vive le web 2

    Bonjour, Cela fait maintenant quelques temps que je suis sur le Web (le 1 bien entendu), quelques temps que je conseille et accompagne des sociétés sur ce média, quelques temps que je développe des services et sites. Et je me souviens de mes…

  2. Web 2.0 : à l’origine du terme

    Historiquement, le terme Web 2.0 a été mis au point par Dale Dougherty et Craig Cline durant l’été 2004 pour caractériser la conférence qu’ils s’appretaient à initier, il était à l’époque définit comme… Dale Dougherty suggéra

  3. Web 2.0 : bref état des lieux de la blogosphère

    Le concept de Web 2.0 est un sujet qui se discute de façon intensive depuis quelques semaines. Sujet particulièrement intéressant parce qu’il intègre les humains, les sociétés et les technologies. Voici donc une li…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.