Smart Mobs

Smart Mobs vient d’être traduit en Français. Je l’ai lu il y a quelque temps et je voulais justement faire un petit billet dessus.

Howard Rheingold nous invite à un voyage dans le futur à travers la visite de labos et de conversations avec des chercheurs et sociologues travaillant sur les technologies “mobiles”. Etrangement il ne parle pas de la France, très peu de l’Europe mais surtout du Japon des pays d’asie du sud-est et des pays Scandinave…
L’approche n’est pas uniquement technologique mais surtout sociologique. L’important n’est pas la technologie elle même, mais la manière dont nous allons l’utiliser car c’est ce qui va déterminer la société dans laquelle nous allons vivre.

Quelques unes des idées que j’ai retenues de cet ouvrage:

Smart Mobs vient d’être traduit en Français. Je l’ai lu il y a quelque temps et je voulais justement faire un petit billet dessus.

Howard Rheingold nous invite à un voyage dans le futur à travers la visite de labos et de conversations avec des chercheurs et sociologues travaillant sur les technologies “mobiles”. Etrangement il ne parle pas de la France, très peu de l’Europe mais surtout du Japon des pays d’asie du sud-est et des pays Scandinave…
L’approche n’est pas uniquement technologique mais surtout sociologique. L’important n’est pas la technologie elle même, mais la manière dont nous allons l’utiliser car c’est ce qui va déterminer la société dans laquelle nous allons vivre.

Quelques unes des idées que j’ai retenues de cet ouvrage:

Au japon “l’espace de la maison” est beaucoup trop dominé par les parents pour convenir aux ados, ils utilisent donc leur téléphone mobile et les SMS pour se construire leur propre espace intime. A l’opposé les ados américain étant beaucoup plus “libre” dans leur espace familial n’ont pas ce besoin. C’est ce qui explique le succès des SMS et des technologies mobiles auprès des ados au Japon.

On y parle bien entendu de bien commun: Un bien commun est une ressource dont tout le monde peut bénéficier, qu’il ait aidé à la créer ou pas. La chasse aux gros animal fut le premier bien commun: les efforts de quelques chasseurs courageux profitaient à toute la tribu.
Internet est un bien commun…
Le spectre des radios fréquence pourrait lui aussi être un bien commun. Au début de l’utilisation de la radio le spectre de fréquence avait besoin d’être régulé car il s’agissait d’une ressource rare. Le progrès technologique aidant ce n’est plus ressource rare. Certaines technologies permettent aujourd’hui de se partager le spectre de fréquence de manière beaucoup plus intelligence rendant cette ressource quasi infinie. N’importe qui est libre de proposer un nouveau service sur Internet sans demander d’autorisation à personne, c’est le principe du bout en bout et c’est pour cela que l’Internet est un tel lieu d’innovation[1]. Il pourrait en être de même dans le monde des télécommunications mobiles. Mais c’est le pire cauchemar des opérateurs de téléphonie mobile et des fournisseurs d’accès Internet…

On ne parle plus de réalité virtuelle mais de réalité augmenté, de plus en plus le monde réel et le monde virtuel vont se confondre.

Les objets, les bâtiments, les pièces vont devenir intelligents ils seront capable de communiquer entre eux…

Le téléphone portable va devenir la télécommande universelle de notre univers.

Tout cela ressemble à de la science fiction, pas si sûr. Lisez les aventures de Jean Michel billaut au Japon, ce texte sur la “3e révolution du mobile” ou encore ce que John Udell fait avec google maps et un GPS

Ce billet est aussi l’occasion de démarrer un nouveau billet de référence : Une sélection d’ouvrage pour comprendre la société de l’information

Notes

[1] Lawrence Lessig dans “the future of Idea” développe cette idée

One thought on “Smart Mobs”

  1. Merci de ta veille, toujours aussi utile et bravo pour ton initiative sur la société de l’info! j’espère y faire des découvertes!…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.